Archives du mot-clé conseil communication marseille

LE DESIGN THNINKING DANS LE CONSEIL EN MARKETING

Dans l’entreprise « agile » il est beaucoup question de transversalité et de créativité. Contrairement au brain-storming qui n’est qu’un outil au service de la créativité, le Design Thinking est une méthodologie globale dont l’ambition est de trouver des solutions personnalisées et concrètes à mettre en place rapidement par les collaborateurs. Une méthode que j’utilise dans mon activité de conseil en marketing et que je vous recommande.

En tant que conseil en marketing, j’avais envie de vous parler du Design Thinking, car c’est un sujet qui fait couler beaucoup d’encre et qui parait parfois plus abscons de ce qu’il est en réalité. Alors suivez le guide !

Quelle définition pourrais-je vous apporter du Desing Thinking qui n’ai déjà été proposée ?

Je dirai que c’est une approche de l’innovation et de son management par l’intelligence collective, qui mêle assez adroitement la pensée analytique et la pensée intuitive. Pour se faire le Design Thinking peut associer par exemple des spécialistes du marketing, des ingénieurs, des commerciaux… à des créatifs et des utilisateurs finaux: des personnels donc plus analytiques et d’autre plus créatifs et intuitifs.

Le produit ou service sera ainsi testé au fur et à mesure de son élaboration, afin d’y apporter toutes les optimisations ou modifications nécessaires à sa mise sur le marché.

Pour ce faire, le Design Thinking s’inspire dans sa démarche du parcours créatif expérimenté par les  designers, dans leur processus de création. Cette méthode « d’un nouveau genre » est apparue aux Etats-Unis dans les années 80 et continue a fait de nombreux émules puisqu’elle s’internationalise aujourd’hui. Elle est arrivée en France depuis peu et les conseils en marketing aime à le proposer à leurs clients (si toutefois ils en possèdent la technique).

Pourquoi le Design Thinking au service du conseil en marketing ?

Parce qu’il permet d’apporter à une problématique donnée, une solution innovante très prisée du marketing et répondant à trois principes fondamentaux :

1/ Une attente du marché clairement identifiée,

2/ La faisabilité technique et organisationnelle,

3/ La viabilité économique.

Quels sont les grands principes du Design Thinking ?

Qui dit méthode, dit principes. Le Design Thinking repose sur trois grands principes qui vous permettront de mieux comprendre son fonctionnement :

1/ Identifier une problématique et comprendre son environnement. Cela signifie déterminer un sujet et ses « pain points » auxquels il va falloir trouver un remède,

2/ Trouver l’idée qui va permettre de résoudre la problématique (le remède),

3/ Concevoir la forme que le remède va revêtir.

Les cinq étapes du Design Thinking:

Que les choses soient claires: certains déterminent sept étapes, d’autres cinq voire même trois. Personnellement, je ne suis pas favorable au « saucissonnage » des méthodes voire process, mais j’aime à ce qu’ils restent didactiques, conseil en marketing oblige ! Voici donc les cinq étapes que j’expérimente et que je vous recommande de suivre.

1/ Identifier la problématique à résoudre et en faire une priorité:

Ex: LE CONFLIT GÉNÉRATIONNEL qui est un vrai sujet pour bon nombre d’entreprises aujourd’hui.

Déterminer les « pain points », à savoir les conséquences douloureuses que cette problématique entraîne au sein de l’entreprise. Nous pourrions choisir dans le cadre de notre exemple : LE JUGEMENT SYSTÉMATIQUE. Cette phase doit s’entendre dans le maximum d’EMPATHIE possible, ce qui signifie qu’elle va devoir impliquer des recherches longues et méticuleuses au sein même de l’entreprise sur la montée en puissance de ce phénomène, ce qui a été entrepris (ou pas)dans le passé  pour y remédier, le ressenti des salariés selon les âges et dans les différents services, quels sont les personnels moteurs et ceux au contraire qui souhaiteraient que les choses évoluent (supporter/détracteurs)… Cela devra prendre le temps qu’il faudra, mais il ne faut surtout négliger cette étape fondamentale de recueil des éléments.

2/ Imaginer:

C’est à dire brainstormer, à savoir générer autant d’idées que possible (des simples, des folles et des pépites) sans restriction et dans une parfaite bienveillance pour trouver les remèdes nécessaires à l’éradication du problème.

Dans l’exemple que j’ai choisi, pour éviter le jugement systématique, cela pourrait être: organiser des journées de  team-builing pour que les personnels se connaissent davantage, des débuts de réunions avec des « ice breack », des journées de « vie ma vie »…

3/ Synthétiser:

Classer les idées en 3 catégories:

-GO

-NO GO

-FOR TOMORROW

Choisir de prototyper la ou les idées « pépites » à savoir les plus nouvelles voire surprenantes.

4/ Prototyper:

Combiner, croiser et affiner les idées. Rédiger un brouillon, le soumettre à quelques destinataires avant de le tester auprès de l’ensemble du personnel.

Ex que penseriez-vous de 2 journées de team building  dans une station de ski, en voici le programme, l’objectif étant de….?

5/ Tester:

Rédiger le plan d’actions et tester l’idée auprès du personnel, recevoir son feedback, identifier si cela apporte une solution à la problématique identifiée en amont et mesurer les améliorations perçues.

Maintenant à vous de vous initier à cette méthode et d’en faire un  moteur de votre intelligence collective dont on sait  qu’elle est un des leviers du succès !

MES 5 ASTUCES POUR METTRE EN PLACE SON PERSONAL BRANDING sur les réseaux sociaux.

LE PERSONAL BRANDING pourrait se traduire assez justement par le MARKETING DE SOI. Comment se considérer comme un produit et appliquer les règles fondamentales du Marketing pour séduire ses lecteurs et/ou ses auditeurs, dans le simple but de se faire aimer d’eux ?

En tant que Conseil Marketing et Communication, j’ai défini 5 astuces pour être performant dans la détermination et la Communication de son PERSONAL BRANDING.

Je vous les livre ici, en espérant que vous puissiez les mettre en application rapidement :

1/ Réussir à « scénarisez sa vie et ses qualités sous forme de story telling » pour façonner son personal branding.

Cela se résume à parler de soi de façon à donner envie à votre interlocuteur de vous rencontrer. Pour bien le faire, il suffit de rester vous-même. Alors bien entendu que vous n’allez pas plaire à tout le monde, mais en humble conseil marketing auprès des PME/PMI, je vous dirais que ce n’est pas grave ! Ne pas faire l’unanimité est un fait à accepter. L’essentiel est de toucher des personnes dont les énergies feront échos aux vôtres.

2/ Sélectionner ce que l’on va communiquer et ce que l’on va garder pour soi pour protéger son personal branding.

Il est important de déterminer où mettre le curseur. Si vous avez envie de parler du très bon restaurant que vous avez découvert dernièrement à Marseille, grâce à votre meilleure amie… Why not ? Mais sachez alors pourquoi vous le faites. Ce peut être pour relayer de bonnes adresses et vous positionner ainsi comme découvreur de talents. Ce peut être aussi pour vous positionner comme fervent opposant au Marseille Bashing dont la ville fait les frais depuis plusieurs années. Dans ce cas votre post ou votre article devra présenter un angle différent que le premier. Comprenez-vous la différence ?

3/ Rester naturel avant tout pour assurer la crédibilité de son personal branding.

Surtout ne pas se confectionner un personnage pour éviter tout problème de non congruence et de non cohérence à un moment donné. Comme le dit le proverbe « chassez le naturel et il revient au galop » ! Rien de pire que de s’inventer une voire plusieurs vies qui se recouperont inévitablement sur les réseaux et créeront la confusion voire le doute dans l’esprit de vos lecteurs. En marketing, lorsqu’on détermine « la proposition de valeur d’un produit ou d’un service », on ne ment pas. Dans le cas contraire, le consommateur ne resterait pas dupe longtemps et se ferait le porte-parole de votre mauvaise réputation.

4/ Etre régulier dans ses publications pour installer son personal branding.

Etre régulier dans ses publications, signifie instaurer des RDV avec ses lecteurs. Rien de tel que la technique du calendrier hebdomadaire, qui vous assurera une régularité de communication et installera peu à peu votre notoriété. Déclinez ce calendrier par réseaux afin d’obtenir une photographie hebdomadaire de vos publications.

5/ Ne pas hésiter à recycler ses publications pour faire rayonner son personal branding.

On parlera différemment de la MEME thématique sur les différents réseaux sociaux. Choisissons pas exemple la thématique de votre présence au SALON DES ENTREPRENEURS DE MARSEILLE.

Facebook : je suis au Salon des Entrepreneurs de Marseille aujourd’hui. Et vous ?

Twitter: le salon des #entrepreneurs s’ouvre aujourd’hui à #Marseille. Venez y rencontrer les #entrepreneurs et #dirigeants d’aujourd’hui et de demain !

Instagram : le #salondesentrepreneurs j’y étais ce matin ! #villedemarseille #marseille

Youtube : poster une vidéo de votre passage sur le salon voire même de votre interview si vous avez pu en donner une !

Linkedin : L’agenda du salon des entrepreneurs de Marseille

Pinterest : un photo du Parc Chanot où se déroule l’évènement avec comme commentaire : Marseille met à l’honneur son entrepreneuriat

J’espère que vous aurez compris les enjeux du PERSONAL BRANDING… Alors maintenant à vous !

COMMUNICATION ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC: LES CONSEILS D’UN CONSULTANT MARKETING

LA PRISE DE PAROLE EN PUBLIC… EXERCICE FONDAMENTAL EN MATIÈRE DE COMMUNICATION QUI VOUS EST PROPOSÉ PAR UN CONSULTANT MARKETING

Dans le cadre de son développement commercial, j’ai conseillé à l’un de mes clients de réaliser en interne, de petites vidéos thématiques à destination d’une typologie de prospects, (les fameux « personas », indispensables à identifier quand on souhaite optimiser sa prospection). L’idée étant de diffuser des offres commerciales via une newsletter hebdomadaire.

Il a trouvé l’idée plutôt séduisante, mais s’inquiétait par rapport au budget. Le tournage de vidéos n’ayant pas la réputation d’être bon marché !

Continue reading “COMMUNICATION ET PRISE DE PAROLE EN PUBLIC: LES CONSEILS D’UN CONSULTANT MARKETING” »

UN CONSEIL MARKETING COMMUNICATION COMME COACH DE MAKE THE CHOICE

UN CONSEIL MARKETING COMMUNICATION COMME COACH POUR AIDER LES JEUNES ENTREPRENEURS A TROUVER LEURS VOIES…

DE CONSEIL MARKETING  COMME COACH DANS LE CADRE DE MAKE THE CHOICE

Quand on n’est pas coach à The Voice, sachez qu’on peut l’être à #Makethechoice, l’opération originale imaginée par l’UPE13 (Union Patronale des Bouches du Rhône) afin de promouvoir l’entrepreneuriat auprès des jeunes de 18 à 30 ans, sans formation supérieure particulière.

En Mars prochain, 100 candidats seront sélectionnés par un jury, grâce à un pitch vidéo. Au mois de Juin 2018, 10 candidats seront les heureux gagnants de cette belle aventure et pourront lancer leurs projets accompagnés par des pro et soutenu par une campagne de crowdfounding.

En tant que chef-d’entreprise et Conseil en Stratégie Marketing et Communication, j’avais envie de donner de mon temps à cette belle initiative car aider un jeune à trouver sa voie, ce peut être aussi a mission.

GPS MARKETING COACH A #MAKETHE CHOICE DE L’UPE13

LE CONSEIL EN MARKETING, SPECIALISTE DU COMPORTEMENT D’ACHAT

QUEL EST LE COMPORTEMENT DES CONSOMMATEURS FACE A L’ACTE D’ACHAT ? DECRYPTAGE DU CONSEIL MARKETING.

Pour expliquer et mieux comprendre les comportements des consommateurs face à l’acte d’achat, il faut d’abord considérer ces comportements d’un point de vue :

  • Démographique (sexe, âges, variables géographiques),
  • Socio-économique (patrimoine et revenus, profession, classe sociale…)
  • Psychographique (styles de vie, valeurs et personnalité),
  • et Comportemental (cultures).

LA VISION MARKETING DU PROCESSUS D’ACHAT DU CONSOMMATEUR:

Au commencement, il y eut l’identification du BESOIN…

  • Quand le consommateur identifie un besoin il perçoit clairement un écart entre la situation actuelle et une situation idéale.
  • Puis il s’informe : cette recherche d’information s’arrête quand les solutions trouvées semblent à priori acceptables.
  • Ensuite, il évalue les solutions : il fait alors des comparaisons entre les solutions trouvées. Comparaison entre les caractéristiques objectives du produit et la perception que le consommateur en a.
  • Et enfin, il prend alors sa décision : il décide d’acheter ou pas. Attention à ce stade à la notion de prise de risque. Le produit le mieux évalué ne sera pas forcément acheté, en raison de sa date de disponibilité, des valeurs qu’il diffuse.
  • Il fait son auto-analyse : c’est une évaluation post-achat : soit elle est positive (réachat et fidélité, bouche à oreille favorable…) soit elle est négative : il faut alors rechercher les causes et trouver des solutions.

Pour comprendre le processus d’achat du consommateur, la Stratégie Marketing identifie et analyse ses besoins, en s’appuyant sur la pyramide de Maslow.

Le besoin pousse l’individu à agir. L’énergie dépensée pour combler le manque identifié, sera alors proportionnelle au besoin ressenti.

Abraham Maslow est célèbre pour avoir identifié une pyramide des besoins, bien connue des marketeurs.

Maslow identifie 5 besoins majeurs chez l’individu :

  1. LES BESOIN PHYSIOLOGIQUES qui sont liés à sa survie (la faim, la soif, la nécessité de se reproduire…)
  2. LES BESOINS DE SECURITE qui sont liés à la protection (trouver un abri, se couvrir contre le froid…)
  3. LES BESOINS D’APPARTENANCE SOCIALE  qui sont liés aux besoins de se regrouper.
  4. LES BESOINS D’ESTIME qui sont liés au fait d’être estimé par les autres pour s’estimer soi-même. Dans ce contexte l’IMAGE DE LA MARQUE est importante.
  5. LES BESOINS D’ACCOMPLISSEMENT qui sont liés au fait de se trouver, d’être en parfaite harmonie avec ses valeurs : ce peut être par le fait de s’investir pour les autres, de réaliser une passion…

Pour Maslow les besoins 4 et 5 dits d’ordres supérieurs ne peuvent être ressentis quand les autres besoins dits primaires, sont satisfaits.

Alors sauriez-vous mieux définir vos besoins après la lecture de cet article ?

Si vous avez aimé cet article, découvrez celui sur NOS MOTIVATIONS A L’ACHAT, en cliquant ici.

LE CONSEIL D’UN CONSULTANT MARKETING COMMUNICATION DANS L’IDENTITE DE MARQUE

LE RÔLE DU CONSULTANT MARKETING COMMUNICATION EST DE FAIRE EN SORTE QU’ UNE MARQUE SE DISTINGUE DANS SON ENVIRONNEMENT POUR ASSEOIR CONVENABLEMENT SON IMAGE DE MARQUE DANS L’ESPRIT DU CONSOMMATEUR.

En Marketing on parle de MARQUE mais on parle aussi d’IDENTITÉ DE MARQUE. Comme le disait l’expert des marques et professeur de marketing Jean-Noël Kapferer :

« L’identité, c’est la quille du navire, son élément de stabilité. L’image n’est qu’un photographie qui peut évoluer ».

L’identité d’une marque est claire et universelle. L’image d’une marque par contre peut varier.

L’Identité d’une marque en Marketing / Communication c’est d’abord UNE REPRESENTATION MENTALE qui s’est construite grâce à :

  • Son histoire
  • Son nom, son logo, son slogan,
  • Sa vision,
  • Sa mission,
  • Son positionnement sur le marché vs ses concurrents,
  • Ses valeurs intrinsèques,
  • Sa communication publicitaire,
  • Ses circuits de distribution,
  • Ses prix,
  • Ses clients,
  • Sa promesse,
  • Ses ambitions…

Pour analyser une marque, les professionnels du Marketing et de la Communication utilisent un prisme identitaire composés de 6 facettes (prisme identitaire de Jean-Noël Kapferer) :

  • LE PHYSIQUE
  • LA PERSONNALITE
  • LA RELATION
  • LA CULTURE
  • LE REFLET
  • LA MENTALISATION
  1. LE PHYSIQUE : il est constitué des éléments directement visibles et palpables du produit. C’est à la fois, son design, sa matière, sa ou ses couleurs, sa taille, ses étiquettes, sa signature sonore et olfactive…Prenons un exemple concret que tout la mode connait dans l’univers de la mode : celui de JEAN. Ses éléments physiques sont : ses différentes formes, ses étiquettes, sa couleurs, ses boutons, sa matière déchirée, délavée ou pas… Le physique n’est plus aujourd’hui l’argument principal.
  1. LA PERSONNALITE : La personnalité d’une marque, c’est son caractère. Si votre marque était une personne, comment serait-elle ?  Racée, souriante, sympathique, énergique, sérieuse, élégante, discrète… c’est à vous de décider. Cette étape est cruciale afin de créer une identification par vos clients potentiels. Un moyen très efficace de personnaliser la marque, c’est de l’identifier à un personnage fictif ou réel. Exemple le cowboy viril et solitaire de Malboro, la joviale et sympathique Vache Qui Rit, le souriant et désinvolte Georges Clooney…
  1. LA RELATION : C’est le lien que la marque veut créer avec son client. Grâce à la publicité, le consommateur va tirer une expérience qui pourra être symbolique, sensuelle, didactique…Ex de Leclerc qui vous propose de trouver les prix les plus bas dans ses magansins.
  1. LA CULTURE : Elle revoie à l’environnement dans lequel la marque s’est développée, son univers, ses fondations, son système de valeurs… Le pays d’origine est un réservoir culturel fort pour la marque. Des références culturelles fortes stimulent inconsciemment les consommateurs : Coca, Levis, Malboro et le système de valeurs américains. Mercedes incarne les valeurs de la culture allemande. Les marques françaises en général véhiculent les valeurs des belles choses, du savoir-faire et du « chic à la française », une élégance désinvolte et raffinée absolument inimitable et très bien incarnée par Ines de la Fressange.
  1. LE REFLET : C’est le miroir extérieur. C’est l’image extérieure que la marque donne de la cible de consommateur. On dira : c’est une marque pour pères de famille, pour frimeurs, pour jeunes célibataires mâles, pour business women… Le reflet doit donner à la cible potentielle de consommateurs… l’envie de l’adopter.
  1. LA MENTALISATION : C’est le miroir intérieur du consommateur. C’est la façon dont il se voit quand il consomme cette marque.

« J’achète un Iphone, je me sens hype ! »

« Je bois Contrex et je prends soin de mon corps ! »

« Je conduis une BMW , je suis un leader… »

« Je bois un Nespresso, je suis élégant, j’aime les bonnes choses mais j’ai aussi de l’humour et le sens de l’autodérision. »

« J’achète les produits Mixa car j’ai la peau sensible et je veux en prendre soins… »

POURQUOI LE MARKETING TIENT TANT A PARLER D’IDENTITE DE MARQUE ?

On parle volontiers en marketing d’identité de marque, pour différencier les produits de l’entreprise de ceux de la concurrence.

L’identité de marque pour le marketing, c’est la façon dont l’entreprise veut être perçue par ses clients potentiels, alors que l’image de marque c’est la façon dont celle-ci est effectivement perçue par les consommateurs…

Et c’est bien là toute la différence car il peut en effet y avoir des écarts dus à une communication publicitaire plus ou moins bien perçue par exemple.

En tout état de cause, toutes les décisions prises dans l’entreprise devront être en cohérence avec l’Identité de Marque, jamais aller à son encontre au risque de semer la confusion et de perdre le client.

Si vous avez aimez cet article vous aimerez aussi celui sur LE MARKETING TRIBAL, en cliquant ici.

Ma mission

QUELLE EST LA MISSION DE GPS-MARKETING AUPRES DES TPE/PME ?

Créée par Sandrine Molinéri, GPS-MARKATING propose du conseil en stratégie marketing/communication, de la direction marketing externalisée et du management de projets.

« Après 25 ans passés au poste de Directeur Marketing et Communication dans différents types de structures, j’ai décidé d’accompagner les TPE/PME dans le développement de leur chiffre d’affaire via une stratégie marketing et communication adaptée à leurs besoins et à leurs budgets ». Je me positionne ainsi comme un Consultant Marketing Communication.

Face à la mondialisation et à une concurrence de plus en plus acerbe et particulièrement mal vécue par les entreprises françaises… le temps n’est plus à l’improvisation. Il est grand temps que les  TPE/PME utilisent -en les adaptant certes- toutes les armes stratégiques des grands groupes qui ont su faire leur preuve: le marketing en est une redoutable… à condition de bien la connaître et de bien la maîtriser.

Je vous invite à découvrir en quelques images, quelle est MA MISSION auprès de votre entreprise et quelle est MA METHODE DE TRAVAIL. N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez en discuter ».